Rubrique : Chroniques

Publié le : 23 février 2009
Marc SARRAZY Laurent ROCHELLE

INTRANQUILLITÉ

Label Linoleum


Laurent Rochelle et Marc Sarrasy appartiendraient-ils à cette fratrie des « Fils des étoiles » qu’aurait pu engendrer un Erik Satie ? En tous les cas, musiciens-rêveurs, ils savent allier leurs sensibilités pour nous guider dans une des plus belles traversées qui soient.
Une mélancolie, travaillée d’innombrables variations, domine cette échappée : mélancolie-plume portée par les volutes et sonorités d’un saxophone soprano ou d’une clarinette basse ; tandis qu’un piano tisse des mélodies et des textures aussi fluides que des rêves - rivières bleu-écarlate qui n’en finissent pas de nous hypnotiser. Les interstices fructueux d’un piano quatre mains préparé aux kaplas (jouets d’enfants en bois) viennent ponctuer notre voyage.
Ici ou là, des anges nous accordent quelques danses, limpides comme des larmes. La pluie se fait soudain douce et libératrice, édifiante. On comprend alors que la tristesse est une robe sertie de pierres fines ; on l’entend tinter, scintillante comme une mer en octobre. Faut-il la traverser avec entêtement malgré toutes ces sirènes égarées ou continuer à tournoyer d’un pied ferme - les profondeurs ne sont pas loin. Des rythmes singuliers scandent la vie de cet autre monde et rendent le mystère d’une proximité fulgurante. Les chants persistent et œuvrent pour que Mélancolie devienne Fleur : étrange et familière, elle grandit en nous sans scrupules. Tant d’élégance pourrait nous faire vaciller.
Il est certes délectable de se rendre à cette « Intranquillité » : les tempêtes sous-jacentes de nos vies ont bien trouvé dans ce disque une de leurs plus belles résonances.

Géraldine Martin

Publié initialement dans Improjazz






Imprimer cet article