Rubrique : Chroniques

Publié le : juillet 2002
François CORNELOUP

CADRAN LUNAIRE

Label Évidence


François Corneloup sax baryton & soprano ;Claude Tchamitchian contrebasse ;Eric Echampard batterie

Le "lunaire" est une dimension essentielle du trio Corneloup / Tchamitchian / Echampard. Comme l’éclairage de la lune dévoile un paysage fantastique, cette musique révèle des chemins inattendus et une ouverture d’espace inouïe.

Le relief de cette contrée est constitué par des contrastes : à une certaine rondeur dans les sonorités (sax baryton et contrebasse) et à une plénitude contenue dans une rythmique qui tourne _ avec une énergie peu commune d’ailleurs _ , s’oppose, à certains moments, un rythme désarticulé, si l’on peut dire, où le groove est mis quelques instants entre parenthèses pour laisser place à une certaine rugosité, une clarté métallique : tout cela peut alors heurter mais d’une violence étonnamment belle.

Le maître mot de cette contrée magique reste la liberté : elle est d’emblée perceptible lorsque les instrumentistes n’hésitent pas à échanger leur rôles : le son de la contrebasse peut parfois devenir souffle et se mêler au discours de la batterie, ce dernier n’ayant plus le soucis de maintenir le groove puisque c’est le saxophone qui en prend l’initiative.

Un cadran lunaire est un objet qui utilise la lumière (de la lune) pour donner un repère temporel, délimiter un espace ; par extension, on pourrait dire que l’infini rentre ainsi tout à coup dans le fini : c’est exactement ce qui se passe avec ce disque. Il émane de cette musique une lumière, plus ou moins crue, mais qui nous rend l’esprit et le coeur plus clair.

Géraldine Martin






Imprimer cet article