Rubrique : Chroniques

Publié le : octobre 2010
2 références YOLK : UNIT - Alain VANKENHOVE

WAVIN

BEYOUND MOUNTAINS

Label YOLK


Yolk fait partie de ces labels indépendants qui participent à la créativité et au dynamisme de la scène actuelle du jazz. Implanté à Nantes et fondé en 1999, il réunit la volonté de plusieurs musiciens (autour d’Alban Darche, Jean-Louis Pommier, Sébastien Boisseau, Mathieu Donarier et Daniel Casimir ), d’engager des moyens mutuels pour faire vivre réellement leur musique, dont les dénominateurs communs sont, semble-t-il, exigence, inventivité et sincérité artistique.
En même temps, Yolk s’inscrit dans un dispositif plus général, à l’échelle européenne, en initiant en 2007 le projet « Zoom » qui met en perspective des collectifs de jazzmen originaires de différents pays d’Europe, facilitant de ce fait leurs rencontres, aussi bien au niveau de la scène qu’au niveau du disque.

Une des dernières productions de Yolk Wavin  du Quartet Unit témoigne de ces échanges culturels fructueux. Enregistré lors d’une tournée en Finlande, ce disque est paru simultanément sur un label finlandais (Fiasko ) et français (Yolk ). Cette formation franco-finlandaise réunit un peu plus de 4 complices : le contrebassiste Sébastien Boisseau, le batteur Mika Kallio, le saxophoniste et clarinettiste Mathieu Donarier, le trompettiste Laurent Blondiau et en invité l’accordéoniste Veli Kujala.
Sébastien Boisseau, qui assume la direction du projet, nous avoue dans la présentation de cet opus qu’il a puisé une partie de son inspiration dans « Old And New Dreams » (on peut rappeler que ce groupe phare du free jazz rassemblait D. Cherry, Ed Black Well, D. Redman et C. Haden). Il est vrai qu’on y retrouve, la dynamique de l’esprit collectif et une fougue émancipatrice à toute épreuve. Unit conjugue en effet le sens du dialogue et de l’écoute mutuelle, permettant ainsi à cet élan libertaire de s’exprimer avec une fluidité sans commune mesure, même si le travail d’écriture semble occuper également une place de choix. Il en résulte de beaux moments, intenses. « Wavin », cette vague, pour peu qu’on y plonge corps et âme, nous conduit dans des contrées où règne un vent des plus salutaires...

L’autre production du label Yolk, Beyound Moutains , parue en même temps que la précédente (juin 2010), est un disque tout aussi captivant. Il s’agit d’un projet initié par Alain Vankenhove, qu’on connait notamment pour avoir participé aux formations de Christophe Marguet, Marc Ducret ou bien encore Sébastien Texier.
Pour ce premier opus sous son nom, le trompettiste a su admirablement s’entourer en convoquant Éric Échampard (batterie), Benjamin Moussay (claviers, ordinateur) et Jean-Luc Lehr (basse). La combinaison d’éléments électroniques et acoustiques amène des couleurs métalliques et changeantes créant des reliefs assez contrastés, où la trompette aérienne d’ Alain Vankenhove se meut avec agilité. Par ailleurs, les compositions finement ciselées n’empêchent pas l’exploration de terrains plus propices aux divagations sonores. Un disque abouti qui laisse transparaître un certain sens de l’équilibre et du jeu.

Géraldine Martin

Chronique publiée sur le site Rivierajazzclub






Imprimer cet article