Rubrique : Articles

Publié le : 20 novembre 2010
Médéric COLLIGNON à Nice

Il était temps qu’une scène azuréenne programme Médéric Collignon qui depuis une douzaine d’années illumine le paysage jazzistique français par sa créativité bouillonnante. Le Cédac de Cimiez a eu cette heureuse initiative ce vendredi 5 novembre.

Cette tournée correspond au prolongement sur scène du nouveau projet de Médéric Collignon & Jus de Bocse « Shangri Tunkashi-La » qui propose un hommage à la période électrique seventies de Miles Davis. La tâche pouvait paraître ardue : tenter la reprise sans sombrer dans la redite nécessite sans doute une grande part de souplesse créative. Médéric Collignon (cornet-voix ), Philippe Gleizes (batterie ), Frédéric Chiffoleau (contrebasse ) et Frank Woeste (Fender Rhodes ) s’en acquittent à merveille. Ils forment un quartet résolument inspiré et se réapproprient l’esprit de Miles en faisant intervenir leurs propres histoire, sensibilité, langage. Le résultat se révèle convaincant...
Ce concert nous plongea ainsi dans une ambiance très électrique, où les riffs hypnotisants et les déferlantes envolées mélodiques et rythmiques nous tinrent en haleine pendant environ 1h30. Par ailleurs, que ce soit grâce au cornet ou à ses cordes vocales, Médéric Collignon exploite un éventail inouï de possibilités sonores, de manière efficace tout en mettant constamment à fleur de son, pourrait-on dire, cette sensibilité musicale hors du commun qui le caractérise.
Mais ce qui nous a vraiment marqué, c’est cette « densité du moment » pour reprendre les mots de Médéric, lorsqu’il évoque dans l’interview qu’il nous a accordé, une expérience musicale forte. « Densité » demeure en effet le maître mot de cette musique : elle nous happe dès les premiers instants et nous propulse dans un état d’apesanteur délectable.

On attend donc avec impatience le prochain opus de Médéric Collignon & Jus de Bocse qui rendront cette fois hommage au groupe de rock progressif King Crimson.

Géraldine Martin

Chronique publiée également sur le site Rivierajazz






Imprimer cet article